« Notre cœur n’était-il pas brûlant quand il nous parlait en chemin » (Lc 24,32)

Lectio Divina - Résurrection, vitrail d'Henri Guérin

 

Nous proposons un programme particulier de lectio divina pour l’octave de Pâques, qui permet de célébrer pendant 8 jours le Jour de la Résurrection du Christ et de l’accomplissement de notre salut.

Nous prendrons comme texte de référence le chapitre 24 de l’Evangile selon saint Luc.

Vous pouvez télécharger le feuille de Lectio Divina au format pdf : Paques2013.pdf

 

COMMENT VIVRE LA LECTIO DIVINA QUOTIDIENNE

Commencer le temps quotidien de Lectio Divina par une prière à l’Esprit Saint. On peut prier par exemple une strophe du « Veni Creator » : « Viens, Esprit Créateur nous visiter, Viens éclairer l'âme de tes fils ; Emplis nos cœurs de grâce et de lumière, toi qui créas toute chose avec amour ».

Lire avec attention les textes proposés pour la journée. Les accueillir comme notre nourriture du jour, les prier en silence, ruminer cette Parole de Dieu.

Conclure le temps de Lectio divina par une acclamation de la Parole de Dieu reçue, par le Notre Père ou par une autre prière.  « Dieu qui nous donnes chaque année la joie de fêter la résurrection du Seigneur, ouvre-nous, à travers ces fêtes d'ici-bas, le chemin vers la joie éternelle. Par Jésus le Christ notre Seigneur, qui règne avec toi et le Saint Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles. Amen »



DIMANCHE 31 MARS – JOUR DE PÂQUES

Lecture suivie : Lc 24, 1 – 53

 


 

LUNDI 1er AVRIL

Lecture suivie : Lc 24, 1 – 12    « Pourquoi cherchez-vous le Vivant parmi les morts »

Texte de méditation : Livre du prophète Osée (Os 6, 1 – 6)

"Venez, retournons vers le Seigneur. Il a déchiré, il nous guérira; il a frappé, il pansera nos plaies; après deux jours il nous fera revivre, le troisième jour il nous relèvera et nous vivrons en sa présence. Connaissons, appliquons-nous à connaître le Seigneur ; sa venue est certaine comme l'aurore; il viendra pour nous comme l'ondée, comme la pluie de printemps qui arrose la terre"  -- Que te ferai-je, Ephraïm? Que te ferai-je, Juda? Car votre amour est comme la nuée du matin, comme la rosée qui tôt se dissipe. C'est pourquoi je les ai taillés en pièces par les prophètes, je les ai tués par les paroles de ma bouche; et mon jugement surgira comme la lumière. Car c'est l'amour qui me plaît et non les sacrifices, la connaissance de Dieu plutôt que les holocaustes.

 


MARDI 2 AVRIL

Lecture suivie : Lc 24, 1 – 12    « Pourquoi cherchez-vous le Vivant parmi les morts »

Texte de méditation : SAINT GREGOIRE DE NAZIANZE – « Pourquoi cherchez-vous le Vivant parmi les morts »

 

L'espérance ne déçoit pas.
Le Christ est ressuscité d'entre les morts, 
levez-vous, vous aussi !
Le Christ qui dormait, s'éveille, éveillez-vous !
Le Christ sort du tombeau libérez-vous des chaînes du péché!

 
Par le Christ vous êtes devenu une créature nouvelle, renouvelez-vous !

C'est la Pâque du Seigneur,
c'est le jour de la Résurrection
et le commencement de la vraie vie.

Hier attaché à la croix avec le Christ, je suis glorifié aujourd'hui avec Lui.
Mourant hier avec Lui, aujourd'hui avec Lui, je reviens à la vie
Enseveli hier avec Lui, aujourd'hui avec Lui, je ressuscite. 
Le Christ qui est ressuscité des morts aujourd'hui,
me renouvelle moi aussi en esprit et me fait revêtir l'Homme Nouveau.

 


MERCREDI 3 AVRIL

Lecture suivie : Lc 24, 13 – 35     « leurs yeux s’ouvrirent et ils le reconnurent »

Texte de méditation : 1ère Epître de saint Pierre (1 P 1, 3 – 11)

Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus Christ : dans sa grande miséricorde, il nous a engendrés de nouveau par la Résurrection de Jésus Christ d'entre les morts, pour une vivante espérance, pour un héritage exempt de corruption, de souillure, de flétrissure, et qui vous est réservé dans les cieux, à vous que, par la foi, la puissance de Dieu garde pour le salut prêt à se manifester au dernier moment. Vous en tressaillez de joie, bien qu'il vous faille encore quelque temps être affligés par diverses épreuves, afin que, bien éprouvée, votre foi, plus précieuse que l'or périssable que l'on vérifie par le feu, devienne un sujet de louange, de gloire et d'honneur, lors de la Révélation de Jésus Christ. Sans l'avoir vu, vous l'aimez; sans le voir encore, mais en croyant, vous tressaillez d'une joie indicible et pleine de gloire, sûrs d'obtenir l'objet de votre foi: le salut des âmes. Sur ce salut ont porté les investigations et les recherches des prophètes, qui ont prophétisé sur la grâce à vous destinée. Ils ont cherché à découvrir quel temps et quelles circonstances avait en vue l'Esprit du Christ, qui était en eux, quand il attestait à l'avance les souffrances du Christ et les gloires qui les suivraient. Il leur fut révélé que ce n'était pas pour eux-mêmes, mais pour vous, qu'ils administraient ce message, que maintenant vous annoncent ceux qui vous prêchent l'Evangile, dans l'Esprit Saint envoyé du ciel, et sur lequel les anges se penchent avec convoitise.

 


JEUDI 4 AVRIL

Lecture suivie : Lc 24, 13 – 35     « leurs yeux s’ouvrirent et ils le reconnurent »

Textede méditation : BENOIT XVI (Verbum Domini)

 

Le récit de Luc sur les disciples d’Emmaüs nous permet de progresser dans la réflexion sur le lien entre la Parole et la fraction du pain (cf. Lc 24, 13-35). Jésus alla à leur rencontre le jour après le sabbat, écouta l’expression de leur espérance déçue, et, devenant leur compagnon de route, «il leur expliqua, dans toute l’Écriture, ce qui le concernait» (24, 27). Les deux disciples commencent à scruter d’une manière nouvelle les Écritures en présence de ce voyageur qui, de façon inattendue, se montre si proche de leur vie. Ce qui est arrivé en ces jours-là n’apparaît plus comme un échec, mais comme un accomplissement et un nouveau départ. Toutefois, ces paroles ne semblent pas encore satisfaire les disciples. L’Évangile de Luc nous dit que « leurs yeux s’ouvrirent, et ils le reconnurent » (24, 31), seulement quand Jésus prit le pain, dit la bénédiction, le rompit et le leur donna, alors qu’auparavant, «leurs yeux étaient aveuglés, et ils ne le reconnaissaient pas» (24, 16). La présence de Jésus, d’abord à travers ses paroles, puis avec le geste de la fraction du pain, a permis aux disciples de le reconnaître ; ils purent éprouver d’une manière nouvelle ce qu’ils avaient précédemment vécu avec lui: « Notre cœur n’était-il pas brûlant en nous, tandis qu’il nous parlait sur la route, et qu’il nous faisait comprendre les Écritures ? » (24, 32). 

 

 


VENDREDI 5 AVRIL

Lecture suivie : Lc 24, 36 – 53     « il faut que s’accomplisse tout ce qui est écrit de moi »

Texte de méditation : Livre des Actes des Apôtres (Ac 10, 37-43)

Vous savez ce qui s'est passé dans toute la Judée : Jésus de Nazareth, ses débuts en Galilée, après le baptême proclamé par Jean ; comment Dieu l'a oint de l'Esprit Saint et de puissance, lui qui a passé en faisant le bien et en guérissant tous ceux qui étaient tombés au pouvoir du diable ; car Dieu était avec lui. Et nous, nous sommes témoins de tout ce qu'il a fait dans le pays des Juifs et à Jérusalem. Lui qu'ils sont allés jusqu'à faire mourir en le suspendant au gibet, Dieu l'a ressuscité le troisième jour et lui a donné de se manifester, non à tout le peuple, mais aux témoins que Dieu avait choisis d'avance, à nous qui avons mangé et bu avec lui après sa résurrection d'entre les morts ; et il nous a enjoint de proclamer au Peuple et d'attester qu'il est, lui, le juge établi par Dieu pour les vivants et les morts. C'est de lui que tous les prophètes rendent ce témoignage que quiconque croit en lui recevra, par son nom, la rémission de ses péchés."

 


SAMEDI 6 AVRIL

Lecture suivie : Lc 24, 36 – 53     « il faut que s’accomplisse tout ce qui est écrit de moi »

Texte de méditation : MÉLITON DE SARDES (Hom. sur la Pâque).

La figure a passé, et la vérité a été réalisée: Dieu a remplacé l'agneau, un homme a remplacé la brebis, dans cet homme, le Christ, qui contient toute chose.

Ainsi donc, l'immolation de la brebis et le rite de la Pâque et la lettre de la Loi ont abouti au Christ Jésus en vue de qui tout arriva dans la loi ancienne et davantage encore dans l'ordre nouveau.

Car la Loi est devenue le Verbe, et, d'ancienne, elle est devenue nouvelle (l'une et l'autre sorties de Sion et de Jérusalem), le commandement s'est transformé en grâce, la figure en vérité, l'agneau est devenu fils, la brebis est devenue homme et l'homme est devenu Dieu. ~ 

Le Seigneur, étant Dieu, revêtit l'homme, souffrit pour celui qui souffrait, fut enchaîné pour celui qui était captif, fut jugé pour le coupable, fut enseveli pour celui qui était enseveli. Il ressuscita des morts et déclara à haute voix: Qui disputera contre moi? Qu'il se présente en face de moi! C'est moi qui ai délivré le condamné; c'est moi qui ai rendu la vie au mort; c'est moi qui ai ressuscité l'enseveli. Qui ose me contredire? C'est moi, dit-il, qui suis le Christ, qui ai détruit la mort, qui ai triomphé de l'adversaire, qui ai lié l'ennemi puissant, et qui ai emporté l'homme vers les hauteurs des cieux; c'est moi, dit-il, qui suis le Christ.

Venez donc, toutes les familles des hommes, pétries de péchés, et recevez le pardon des péchés. Car c'est moi qui suis votre pardon, moi la Pâque du salut, moi l'agneau immolé pour vous, moi votre rançon, moi votre vie, moi votre résurrection, moi votre lumière, moi votre salut, moi votre roi. C'est moi qui vous emmène vers les hauteurs des cieux; c'est moi qui vous ressusciterai ; c'est moi qui vous ferai voir le Père qui existe de toute éternité ; c'est moi qui vous ressusciterai par ma main puissante.