"J'annoncerai ton nom à mes frères" (Ps 22,23)

Lectio Divina - Psaumes

Vous pouvez télécharger la version PDF en cliquant ici : Psaumes 19 - 32, semaine 5

 

COMMENT VIVRE LA LECTIO DIVINA QUOTIDIENNE

  • Commencer le temps quotidien de Lectio Divina par une prière à l’Esprit Saint. On peut prier par exemple une strophe du « Veni Creator » : « Esprit Saint, Fais-nous voir le visage du Très-HautEt révèle-nous celui du FilsEt toi l'Esprit commun qui les rassembleViens en nos cœurs, qu'à jamais nous croyions en toi».
  • Lire avec attention les textes proposés pour la journée. Les accueillir comme notre nourriture du jour, les prier en silence, ruminer cette Parole de Dieu. Peut-être noter sur un carnet une référence, un verset…
  • Conclure le temps de Lectio Divina par une acclamation de la Parole de Dieu reçue, par le Notre Père ou par une autre prière. Par exemple : « Réponds à notre prière, Dieu tout-puissant, et comme au jour de la Pentecôte, que le Christ, lumière de lumière, envoie sur nous l’Esprit de feu : qu’il éclaire nos cœurs, nous que tu as fait renaître et que tu confirmes dans ta grâce. Par Jésus le Christ notre Seigneur. Amen."

 


DIMANCHE 10 JUILLET 2011

Lecture suivie : Ps 22 (21), 1 – 19    « dès le ventre de ma mère, mon Dieu c’est toi »

Référence complémentaire : Livre du prophète Jérémie (Jr 1, 4 – 10) 

La parole du Seigneur me fut adressée en ces termes : "Avant même de te former au ventre maternel, je t'ai connu ; avant même que tu sois sorti du sein, je t'ai consacré ; comme prophète des nations, je t'ai établi". Et je dis: "Ah! Seigneur Dieu, vraiment, je ne sais pas parler, car je suis un enfant !" Mais le Seigneur répondit : Ne dis pas : "Je suis un enfant !" car vers tous ceux à qui je t'enverrai, tu iras, et tout ce que je t'ordonnerai, tu le diras. N'aie aucune crainte en leur présence car je suis avec toi pour te délivrer, oracle du Seigneur. Alors le Seigneur étendit la main et me toucha la bouche ; et le Seigneur me dit : Voici que j'ai placé mes paroles en ta bouche. Vois! Aujourd'hui même je t'établis sur les nations et sur les royaumes, pour arracher et renverser, pour exterminer et démolir, pour bâtir et planter".

 


LUNDI 11 JUILLET

Lecture suivie : Ps 22 (21), 1 – 19    « dès le ventre de ma mère, mon Dieu c’est toi »

Texte de méditation : SAINT JÉRÔME (Sur Jr)

Avant que tu sortes du sein de ta mère, je t’ai consacré, dit le Seigneur à Jérémie. (…) Nous devons comprendre cette affirmation en la rapprochant de la phrase de l’apôtre Paul : Dieu m’a mis à part dès le sein de ma mère ; dans sa grâce, il m’a appelé pour révéler en moi son Fils afin que je l’annonce parmi les nations païennes (Ga 1, 15). Jean le Baptiste, lui aussi, est consacré dès le sein maternel ; il reçoit l’Esprit Saint et tressaille au-dedans de sa mère et, par les lèvres maternelles, il parle (cf. Lc 1, 41-44). (…) Et je dis : « Ah ! Seigneur Dieu, je ne sais pas parler car je ne suis qu’un enfant. » Jérémie proteste contre un ministère qu’il ne peut remplir à cause de son âge, faisant preuve de cette même retenue qui faisait dire à Moïse qu’il avait une voix faible et ténue (cf. Ex 6, 30). Mais le Seigneur reprend Moïse, comme on le fait pour un homme vigoureux et d’âge mûr ; tandis qu’envers Jérémie il se montre doux et donne son pardon, comme un enfant doté de crainte et de révérence. (…) Ne songe pas à ton âge, dit le Seigneur ; n’as-tu pas entendu un âtre prophète enseigner : Pour l’homme, la sagesse surpasse les cheveux blancs (Sg 4,10). Il te suffit de décider de te mettre en marche, tu m’auras comme compagnon de route ; et ainsi tu viendras à bout de tout avec mon aide. Ouvre ma bouche et je l’emplirai (Ps 80, 11). Ne considère pas le grand nombre de ceux à qui et contre qui tu auras à parler ; mais regarde-moi, qui suis avec toi pour te délivrer.

 


MARDI 12 JUILLET

Lecture suivie : Ps 22 (21), 20 – 32   «  j’annoncerai ton nom à mes frères »

Référence complémentaire : Livre des Actes des Apôtres (Ac 3, 12 – 26)

Pierre s'adressa au peuple : "Hommes d'Israël, qu'avez-vous à nous regarder, comme si c'était par notre propre puissance ou grâce à notre piété que nous avons fait marcher cet homme ? Le Dieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob, le Dieu de nos pères a glorifié son serviteur Jésus que vous, vous avez livré et que vous avez renié devant Pilate, alors qu'il était décidé à le relâcher. Mais vous, vous avez chargé le Saint et le juste ; vous avez réclamé la grâce d'un assassin, tandis que vous faisiez mourir le prince de la vie. Dieu l'a ressuscité des morts : nous en sommes témoins. Et par la foi en son nom, à cet homme que vous voyez et connaissez, ce nom même a rendu la force, et c'est la foi en lui qui, devant vous tous, l'a rétabli en pleine santé. Cependant, frères, je sais que c'est par ignorance que vous avez agi, ainsi d'ailleurs que vos chefs. Dieu, lui, a ainsi accompli ce qu'il avait annoncé d'avance par la bouche de tous les prophètes, que son Christ souffrirait. Repentez-vous donc et convertissez-vous, afin que vos péchés soient effacés, et qu'ainsi le Seigneur fasse venir le temps du répit. Il enverra alors le Christ qui vous a été destiné, Jésus, celui que le ciel doit garder jusqu'aux temps de la restauration universelle dont Dieu a parlé par la bouche de ses saints prophètes. Moïse, d'abord, a dit : ‘Le Seigneur Dieu vous suscitera d'entre vos frères un prophète semblable à moi; vous l'écouterez en tout ce qu'il vous dira. Quiconque n'écoutera pas ce prophète sera exterminé du sein du peuple’. Tous les prophètes, ensuite, qui ont parlé depuis Samuel et ses successeurs, ont pareillement annoncé ces jours-ci. Vous êtes, vous, les fils des prophètes et de l'alliance que Dieu a conclue avec nos pères quand il a dit à Abraham : et en ta postérité seront bénies toutes les familles de la terre."

 


MERCREDI 13 JUILLET

Lecture suivie : Ps 22 (21), 20 – 32   «  j’annoncerai ton nom à mes frères »

Texte de méditation : BOSSUET (Explication du Ps 22)

« Je raconterai ton nom à mes frères » : ces paroles en elle-mêmes, et détachées de tout le reste du discours, n’ont rien d’extraordinaire ; mais aussi faut-il remarquer que celui qui s’est plaint qu’« on avait percé ses mains et ses pieds », qui s’est vu dépouiller pour être attaché à la croix, et ses habits joués par les soldats qui gardaient ; celui qui, par conséquent, s’est vu condamner et exécuté à mort, ainsi qu’il vient d’être dit, et a subi le dernier et le plus infâme de tous les supplices, c’est le même qui dit maintenant : « je raconterai ton nom à mes frères » ; par ce moyen, tout le mystère est développé : celui qui a été délaissé jusqu’à la mort de la croix et le même qui a été exaucé pour être ramené à la vie, pour de nouveaux glorifier Dieu parmi ses frères, et sa résurrection n’est pas moins clairement exprimée que sa mort. (…) Jésus-Christ est toujours regardé comme vivant, puisqu’il est regardé comme l’auteur véritable de la prédication des apôtres, à cause qu’elle est faite non seulement par son ordre, mais encore par le Saint Esprit, qu’il envoie actuellement du plus haut des cieux, conformément à cette parole : « si je ne m’en vais, le Paraclet ne viendra ; Mais si je m’en vais, je vous l’enverrai » (Jn 16, 7).

 


JEUDI 14 JUILLET

Lecture suivie : Ps 23 (22)   « Le Seigneur est mon Berger, rien ne me manque »

Référence complémentaire : Evangile de Jésus Christ selon saint Jean (Jn 10, 14-18)

Je suis le bon pasteur ; je connais mes brebis et mes brebis me connaissent, comme le Père me connaît et que je connais le Père, et je donne ma vie pour mes brebis. J'ai encore d'autres brebis qui ne sont pas de cet enclos ; celles-là aussi, il faut que je les mène ; elles écouteront ma voix ; et il y aura un seul troupeau, un seul pasteur ; c'est pour cela que le Père m'aime, parce que je donne ma vie, pour la reprendre. Personne ne me l'enlève ; mais je la donne de moi-même. J'ai pouvoir de la donner et j'ai pouvoir de la reprendre ; tel est le commandement que j'ai reçu de mon Père."

 


VENDREDI 15 JUILLET

Lecture suivie : Ps 23 (22)   « Le Seigneur est mon Berger, rien ne me manque »

Texte de méditation : SAINT THOMAS D’AQUIN (Comm. sur Jn)

« Je suis le bon pasteur » : que le Christ soit pasteur, c’est clair : cela fait partie de sa mission. De même que le berger gouverne son troupeau et le fait paître, ainsi le Christ fait vivre ses fidèles en leur donnant une nourriture spirituelle : en leur donnant même son corps et son sang. « Vous étiez comme des brebis son pasteur, nous dit Saint-Pierre, mais maintenant vous vous êtes tournés vers le vigilant pasteur de vos âmes ». Isaïe dit aussi « comme un berger, il fera paître son troupeau ». Jésus avait dit que « le berger entre par la porte », et que lui-même est « la porte » ; ici il dit qu’il est le berger : donc, il entre par lui-même. Oui c’est par lui-même qu’il entre, c’est lui-même qui se manifeste, et par lui-même il connaît le père. Nous, nous entrons par lui, et c’est par lui que nous obtenons la béatitude. (…) Le Christ s’est réservé d’être la seule « porte ». Quant à la mission de « pasteur », il l’a communiqué à d’autres et il l’a donné à ses membres. Pierre est Pasteur, et les autres apôtres furent pasteurs de même que tous les évêques. C’est la charité qui fait le pasteur. Nul ne sera « bon Pasteur » s’il ne devient, par la charité, UN avec le Christ est donc membre du vrai Pasteur. Ce qu’on attend du bon Pasteur, c’est la charité. Le Christ précise donc : « le bon Pasteur donne sa vie pour ses brebis ».

 


SAMEDI 16 JUILLET

 

PROPOSITION POUR LA JOURNÉE DU SAMEDI

REPRISE D’UNE SEMAINE DE LECTIO DIVINA

  • Avant d’entrer dans une nouvelle semaine (qui commence, pour les chrétiens, le samedi soir), nous vous proposons de prendre le temps aujourd’hui, en fin de semaine, de ressaisir ce qui a été votre « nourriture » de la Parole de Dieu reçue cette semaine pour l’orienter vers la prière et surtout la contemplation.
  • Pour la Lectio de ce jour, vous pouvez soit reprendre un des textes bibliques proposés durant la semaine, soit éventuellement reprendre les versets de l’Ecriture Sainte que vous aurez glanés au long des lectio de ces derniers jours et que vous aurez pu noter.
  • Cela nous permettra de vivre cette journée de Lectio dans le rayonnement de la prière de la Bienheureuse Vierge Marie, qui, docile à l’action en elle de l’Esprit Saint, « conservait avec soin toutes ces choses, les méditant en son cœur » (cf. Lc 2,19 et 51).