« Le Seigneur donne le salut à son Messie » (Ps 20,7)

Lectio Divina - Psaumes

Vous pouvez télécharger la version PDF en cliquant ici : Psaumes 19 - 32, semaine 4

 

COMMENT VIVRE LA LECTIO DIVINA QUOTIDIENNE

  • Commencer le temps quotidien de Lectio Divina par une prière à l’Esprit Saint. On peut prier par exemple une strophe du « Veni Creator » : « Esprit Saint, Fais-nous voir le visage du Très-HautEt révèle-nous celui du FilsEt toi l'Esprit commun qui les rassembleViens en nos cœurs, qu'à jamais nous croyions en toi».
  • Lire avec attention les textes proposés pour la journée. Les accueillir comme notre nourriture du jour, les prier en silence, ruminer cette Parole de Dieu. Peut-être noter sur un carnet une référence, un verset…
  • Conclure le temps de Lectio Divina par une acclamation de la Parole de Dieu reçue, par le Notre Père ou par une autre prière. Par exemple : « Réponds à notre prière, Dieu tout-puissant, et comme au jour de la Pentecôte, que le Christ, lumière de lumière, envoie sur nous l’Esprit de feu : qu’il éclaire nos cœurs, nous que tu as fait renaître et que tu confirmes dans ta grâce. Par Jésus le Christ notre Seigneur. Amen."

DIMANCHE 3 JUILLET 2011

Lecture suivie : Ps 19 (18)   « Le firmament annonce l’œuvre de ses mains »

Référence complémentaire : Livre de la Genèse (Gn 1, 1 – 8) 

« Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre. Or la terre était vide et vague, les ténèbres couvraient l'abîme, un vent de Dieu tournoyait sur les eaux. Dieu dit : "Que la lumière soit" et la lumière fut. Dieu vit que la lumière était bonne, et Dieu sépara la lumière et les ténèbres. Dieu appela la lumière "jour" et les ténèbres "nuit." Il y eut un soir et il y eut un matin : premier jour. Dieu dit : "Qu'il y ait un firmament au milieu des eaux et qu'il sépare les eaux d'avec les eaux" et il en fut ainsi. Dieu fit le firmament, qui sépara les eaux qui sont sous le firmament d'avec les eaux qui sont au-dessus du firmament, et Dieu appela le firmament "ciel." Il y eut un soir et il y eut un matin : deuxième jour. »

 


LUNDI 4 JUILLET

Lecture suivie : Ps 19 (18)   « Le firmament annonce l’œuvre de ses mains »

Texte de méditation : GRÉGOIRE DE NAZIANZE (Hymne)

Nous te bénissons, Père des lumières,

Christ, verbe de Dieu, splendeur du Père,

Lumière de lumière, et source de lumière,

Esprit de feu, souffle du Fils comme du Père.

Trinité Sainte, lumière indivisée,

Tu dissipas les ténèbres pour créer

Un monde lumineux, d’ordre et de beauté,

Qui porterait ta ressemblance.

De raison et de sagesse tu éclairas l’homme,

l’illuminas du sceau de ton Image,

pour que dans ta lumière, il vît la lumière,

et tout entier devînt lumière.

Tu fis briller au ciel d’innombrables lumières,

Ordonnas au jour et à la nuit

De s’entendre à se partager le temps

Tour à tour, paisiblement.

La nuit met fin au travail du corps fatigué,

Le jour appelle aux œuvres que tu aimes,

Nous apprend à fuir les ténèbres, à nous hâter

Vers ce jour qui n’aura plus de nuit.

 


MARDI 5 JUILLET

Lecture suivie : Ps 20 (19)   «  Le Seigneur donne le salut à son Messie »

Référence complémentaire : 1er Livre de Samuel (1 Sm 2, 6 – 10)

« C'est le Seigneur qui fait mourir et vivre, qui fait descendre au shéol et en remonter. C'est le Seigneur qui appauvrit et qui enrichit, qui abaisse et aussi qui élève. Il retire de la poussière le faible, du fumier il relève le pauvre, pour les faire asseoir avec les nobles et leur assigner un siège d'honneur ; car au Seigneur sont les piliers de la terre, sur eux il a posé le monde. Il garde les pas de ses fidèles, mais les méchants disparaissent dans les ténèbres (car ce n'est pas par la force que l'homme triomphe). Le Seigneur, ses ennemis sont brisés, le Très-Haut tonne dans les cieux. Le Seigneur juge les confins de la terre, il donne la force à son Roi, il exalte la vigueur de son Messie. »

 


MERCREDI 6 JUILLET

Lecture suivie : Ps 20 (19)   «  Le Seigneur donne le salut à son Messie »

Texte de méditation : BIENHEUREUX JEAN-PAUL II (Audience 10 mars 2004)

La tradition chrétienne a transformé ce Psaume en un hymne au Christ-Roi, le "consacré" par excellence, "le Messie" (cf. v. 7). Il entre dans le monde sans armées, mais avec la puissance de l'Esprit et lance l'attaque définitive contre le mal et la prévarication, contre la violence et l'orgueil, contre le mensonge et l'égoïsme. A nos oreilles retentissent en arrière-fond les paroles que le Christ prononce en s'adressant à Pilate, emblème du pouvoir impérial terrestre : «Je suis roi. Je ne suis né, et je ne suis venu dans le monde, que pour rendre témoignage à la vérité. Quiconque est de la vérité écoute ma voix » (Jn 18, 37). La prière est profondément marquée par la conviction que le Seigneur est la source de la sécurité : il va à la rencontre du désir confiant du roi et de toute la communauté à laquelle il est lié par le lien de l'alliance. Le climat est, certes, celui d'un événement belliqueux, avec toutes les peurs et les risques qu'il suscite. La Parole de Dieu n'apparaît pas alors comme un message abstrait, mais comme une voix qui répond aux petits et aux grands malheurs de l'humanité. (…) Ce Psaume, malgré son caractère historique concret profondément lié à la logique de la guerre, peut devenir une invitation à ne jamais se laisser fasciner par l'attraction de la violence. (…) A chaque forme de méchanceté, le juste oppose la foi, la bienveillance, le pardon, l'offre de paix. L'Apôtre Paul demandera aux chrétiens de vivre : « sans rendre à personne le mal pour le mal, ayant à cœur ce qui est bien devant tous les hommes » (Rm 12, 17).

 


JEUDI 7 JUILLET

Lecture suivie : Ps 21 (20)   « Nous chanterons, nous jouerons pour ta vaillance »

Référence complémentaire : Livre de l’Exode (Ex 15, 1 – 18)

Alors Moïse et les Israélites chantèrent pour le Seigneur le chant que voici: "Je chante pour Seigneur car il s'est couvert de gloire, il a jeté à la mer cheval et cavalier. Le Seigneur est ma force et mon chant, à lui je dois mon salut. Il est mon Dieu, je le célèbre, le Dieu de mon père et je l'exalte. Le Seigneur est un guerrier, son nom est le Seigneur. Les chars de Pharaon et son armée, il les a jetés à la mer, l'élite de ses officiers, la mer des Roseaux l'a engloutie. Les abîmes les recouvrent, ils ont coulé au fond du gouffre comme une pierre. Ta droite, Seigneur, s'illustre par sa force, ta droite, Seigneur, taille en pièces l'ennemi. Par l'excès de ta majesté, tu renverses tes adversaires, tu déchaînes ta colère, elle les dévore comme du chaume. Au souffle de tes narines, les eaux s'amoncelèrent, les flots se dressèrent comme une digue, les abîmes se figèrent au cœur de la mer. L'ennemi s'était dit: Je poursuivrai, j'atteindrai, je partagerai le butin, mon âme s'en gorgera, je dégainerai mon épée, ma main les supprimera. Tu soufflas de ton haleine, la mer les recouvrit, ils s'enfoncèrent comme du plomb dans les eaux formidables. Qui est comme toi parmi les dieux, Seigneur? Qui est comme toi illustre en sainteté, redoutable en exploits, artisan de merveilles? Tu étendis ta droite, la terre les engloutit. Ta grâce a conduit ce peuple que tu as racheté, ta force l'a guidé vers ta sainte demeure. Les peuples ont entendu, ils frémissent, des douleurs poignent les habitants de Philistie. Alors sont bouleversés les chefs d'Edom, les princes de Moab, la terreur s'en empare, ils titubent, tous ceux qui habitent Canaan. Sur eux s'abattent terreur et crainte, la puissance de ton bras les laisse pétrifiés, tant que passe ton peuple, Seigneur, tant que passe ce peuple que tu t'es acheté. Tu les amèneras et tu les planteras sur la montagne de ton héritage, lieu dont tu fis, Seigneur, ta résidence, sanctuaire, Seigneur, qu'ont préparé tes mains. Le Seigneur régnera pour toujours et à jamais.

 


VENDREDI 8 JUILLET

Lecture suivie : Ps 21 (20)   « Nous chanterons, nous jouerons pour ta vaillance »

Texte de méditation : ORIGÈNE (Hom. sur l’Ex)

Nous lisons dans les Ecritures divines que bien des cantiques furent composés ; mais le premier de tous est ce cantique que chanta le peuple de Dieu après sa victoire, quand les Egyptiens et le Pharaon eurent été engloutis dans la mer. C’est l’habitude des saints, quand l’adversaire est vaincu, de chanter à Dieu une hymne d’action de grâces, car ils savent que la victoire est due non à leur vertu, mais à la grâce de Dieu. Tout en chantant, ils prennent en main le tambourin, comme on le rapporte de Marie, sœur de Moïse et d’Aaron. Et toi, si tu passes la Mer Rouge, si tu vois les Egyptiens noyés dans la mer, et Pharaon précipité dans les profondeurs de l’abîme, tu peux, toi aussi, chanter à Dieu une hymne, tu peux prononcer des paroles d’action de grâces et dire : « Chantons le Seigneur, il s’est magnifiquement glorifié ! Il a jeté dans la mer le cheval et le cavalier ! » Tu le diras mieux encore et plus dignement si tu tiens à la main le tambourin, c’est-à-dire si tu crucifies ta chair avec ses vices et ses convoitises, et si tu mortifies tes membres qui sont sur terre.

 


SAMEDI 9 JUILLET

PROPOSITION POUR LA JOURNÉE DU SAMEDI

REPRISE D’UNE SEMAINE DE LECTIO DIVINA

  • Avant d’entrer dans une nouvelle semaine (qui commence, pour les chrétiens, le samedi soir), nous vous proposons de prendre le temps aujourd’hui, en fin de semaine, de ressaisir ce qui a été votre « nourriture » de la Parole de Dieu reçue cette semaine pour l’orienter vers la prière et surtout la contemplation.
  • Pour la Lectio de ce jour, vous pouvez soit reprendre un des textes bibliques proposés durant la semaine, soit éventuellement reprendre les versets de l’Ecriture Sainte que vous aurez glanés au long des lectio de ces derniers jours et que vous aurez pu noter.
  • Cela nous permettra de vivre cette journée de Lectio dans le rayonnement de la prière de la Bienheureuse Vierge Marie, qui, docile à l’action en elle de l’Esprit Saint, « conservait avec soin toutes ces choses, les méditant en son cœur » (cf. Lc 2,19 et 51).