« L’espérance a été annoncée dans la Parole de Vérité, l’Evangile » (Col 1,5)

Lectio Divina - Lettre de saint Paul aux Colossiens

Vous pouvez télécharger la version PDF en cliquant ici : Colossiens, semaines 1 et 2

 

 

COMMENT VIVRE LA LECTIO DIVINA QUOTIDIENNE

  • Commencer le temps quotidien de Lectio Divina par une prière à l’Esprit Saint. On peut prier par exemple une strophe du « Veni Creator » : « Esprit Saint, Fais-nous voir le visage du Très-HautEt révèle-nous celui du FilsEt toi l'Esprit commun qui les rassembleViens en nos cœurs, qu'à jamais nous croyions en toi».
  • Lire avec attention les textes proposés pour la journée. Les accueillir comme notre nourriture du jour, les prier en silence, ruminer cette Parole de Dieu. Peut-être noter sur un carnet une référence, un verset…
  • Conclure le temps de Lectio Divina par une acclamation de la Parole de Dieu reçue, par le Notre Père ou par une autre prière. Par exemple : "Dieu qui a choisi Paul de Tarse pour en faire un Apôtre de l’Evangile, accorde-nous d’être confortés dans cette foi qu’il a portée avec audace et persévérance. Par Jésus le Christ notre Seigneur. Amen"
 

SEMAINE 1

« L’espérance a été annoncée dans la Parole de Vérité, l’Evangile » (Col 1,5)

 

Références de lecture

DIMANCHE 16 OCTOBRE : Col 1, 1 – 14

LUNDI 17 OCTOBRE : Col 1, 15 – 20

MARDI 18 OCTOBRE : Col 1, 21 – 23

MERCREDI 19 OCTOBRE : Col 1, 24 - 29

JEUDI 20 OCTOBRE : Col 2, 1 – 8

VENDREDI 21 OCTOBRE : Col 2, 9 – 15

SAMEDI 22 OCTOBRE : Reprise

 


Présentation de l’Epître de saint Paul Apôtre aux Colossiens

 

«  Partout Paul s’est efforcé de montrer l’ineffable bonté de Dieu pour nous, autant qu’il lui a été possible. En effet, qu’il était impossible d’en tracer une parfaite image, c’est ce qu’il reconnaît lui-même en disant : O profondeur du trésor et de la sagesse et de la science de Dieu ! que ses jugements sont impénétrables, et ses voies impossibles à suivre ! », écrit saint Jean Chrysostome.

 

L’épître aux Colossiens fait partie des « Epîtres de la Captivité ». Paul en effet est en prison quand il écrit aux croyants de Colosses, une cité située à quelques dizaines de kilomètres d’Ephèse. Saint Paul n’a pas fondé lui-même cette communauté chrétienne. Il y a délégué certains de ses disciples. L’Apôtre apprend que ces nouveaux croyants sont en butte à la prédication de certains missionnaires qui veulent les détourner de l’Evangile du Salut. Alors saint Paul leur adresse cette lettre d’encouragement pour les conforter dans la vérité de la foi qu’ils avaient reçue.

 

Cette épître contient deux enseignements majeurs, qui nourriront notre lectio divina :

– le Christ est l’unique, suffisant, nécessaire et permanent médiateur. Il n’y a donc pas à chercher ailleurs un autre moyen de salut. Il suffît pour le chrétien d’être « enracinés et édifiés en lui » (Col 2,7).

– Soyez toujours dans l’action de grâce. L’Apôtre exhorte les chrétiens à contempler le don de Dieu qu’ils ont déjà reçu et à en rendre grâce à chaque instant.

 


SEMAINE 2

« Que la Parole de Dieu réside chez vous en abondance » (Col 3,16)

Références de lecture

DIMANCHE 23 OCTOBRE : Col 2, 16 à 3, 4

LUNDI 24 OCTOBRE : Col 3, 5 – 11

MARDI 25 OCTOBRE : Col 3, 12 – 17

MERCREDI 26 OCTOBRE : Col 3, 18 à 4, 1  

JEUDI 27 OCTOBRE : Col 4, 2 – 9

VENDREDI 28 OCTOBRE : Col 4, 10 – 18

SAMEDI 29 OCTOBRE : Reprise

 


LA PAROLE DE DIEU DANS LE TÉMOIGNAGE DE SAINT PAUL

La richesse de son enseignement, saint Paul la puise à deux sources :

– Elle provient tout d’abord de sa profonde connaissance des Écritures : il en a probablement été imprégné depuis son enfance, il les a ensuite scrutées en s’inscrivant dans la tradition pharisienne et s’est alors mis à leur service avec toute la fougue de sa jeunesse.

– C’est ensuite et surtout sa rencontre bouleversante (au sens propre comme au figuré), sur le chemin de Damas, avec la personne de Jésus. Cette empoignade l’a mis face à la véritable clef des Ecritures, lui a révélé, en une lumière éblouissante, leur accomplissement et leur nouvelle fécondité. Il a alors fait l’expérience fondatrice, non seulement de la rencontre avec le Ressuscité, mais surtout, dans cette rencontre elle-même, de l’unité du Christ et des croyants, de la présence du Christ dans les disciples qu’il poursuivait alors : Je suis Jésus que tu persécutes. C’est bien la figure du Serviteur souffrant, annoncée par le livre d’Isaïe, qui lui est soudainement apparue dans le Christ environné de lumière qui l’avait terrassé sur la route. C’est cette même figure qui lui a révélé enfin la dimension de son propre ministère à venir : Moi-même, dit Jésus, je lui montrerai tout ce qu’il devra souffrir pour mon Nom. Cette illumination sur la route de Damas constitue peut-être le secret de l’infaillible espérance dont témoignent ses épîtres de la Captivité, de sa confiance inébranlable dans la présence du Christ à ses côtés au plus profond de ses épreuves apostoliques.

Désormais, et jusque dans le suprême témoignage du martyre, Paul sera toute sa vie ce témoin passionné, mettant au service de l’annonce de l’Evangile tout ce qu’il est, son tempérament fougueux et entier, les multiples facettes de son identité, son enracinement dans la tradition de ses Pères, son statut de citoyen romain et sa formation à la rhétorique hellénistique. Comme l’avaient jadis expérimenté les prophètes, c’est sa personne tout entière qui a été saisie par ce Mystère, qui s’est consumée au feu de l’amour de Dieu, et qui se livre aux destinataires de ses enseignements.

 


PÉDAGOGIE DIVINE DE LA « LECTIO DIVINA » – QUELQUES CONSEILS

Après notre parcours dans l’Evangile selon saint Matthieu, nous vous proposons pour la fin de l’année liturgique un nouveau parcours, dans l’œuvre de saint Paul.

A partir du 16 octobre, nous vous proposons donc, selon la pédagogie propre de la Lectio Divina, de lire, de méditer, de prier, de contempler, la Parole de Dieu dans l’épître aux Colossiens.

Pendant deux semaines, à l’aide des références données par cette feuille, nous vous invitons d’abord à prendre le temps de la LECTURE priante du texte, en lecture continue. C’est la raison pour laquelle durant ces semaines, le programme quotidien de la lectio ne comporte pas de textes complémentaires ni de commentaires de la tradition chrétienne (cela viendra pour la seconde et la troisième lecture de ces chapitres, à partir du 29 octobre).

Cette première étape permet de recevoir la Parole de Dieu dans la cohérence d’un texte entier. C’est toute l’Ecriture qui est Parole de Dieu. Rendez-vous disponibles pour cette lecture priante vécue sous la lumière de l’Esprit Saint. N’oubliez pas qu’elle est d’abord une nourriture spirituelle, c’est-à-dire qu’il faut le temps de l’assimiler avant de chercher à enrichir notre connaissance intellectuelle.

Certains jours, ce sera une lecture peut-être lumineuse, où un mot, un verset, s’imposent soudain à nous ; dans ce cas, recueillons-le, notons-le peut-être, et faisons de ce qui nous est donné notre prière.

D’autres jours, ce sera plus laborieux, voire plus décevant (à vue humaine) ; c’est alors une invitation à persévérer et non à se décourager, le Seigneur travaille plus souvent dans le secret du cœur que dans la lumière éblouissante, il faut du temps pour que le grain semé commence à laisser apparaître une jeune pousse. Respectez ce temps nécessaire. Je vous rappelle que le vrai fruit de toute prière ne s’évalue pas dans la prière elle-même, mais dans notre vie, nos actes et nos choix. Pour soutenir votre prière, à condition que cela ne la remplace pas, vous pouvez également parfois  lire (en plus du texte biblique) tel ou tel paragraphe du « Dossier  de présentation » de la Lectio Divina (cf. Méditations de la Parole de Dieu ).

D’autres jours enfin, vous vous sentirez moins disponibles et le temps de la Lectio Divina lui-même, indépendamment du texte prié, vous semblera plus difficile à « habiter », ou même à prendre. Dans une vie bien occupée, il est normal que cela arrive. Je vous conseille alors de prendre quand même ce temps, au moins le minimum, de faire un acte de foi en la puissance de la Parole de Dieu et de lire comme vous le pouvez le ou les texte(s) prévu(s). Saint Paul nous a bien dit que l’Esprit Saint venait au secours de notre faiblesse, pour nous apprendre à prier. N’attendons pas d’être dans une disponibilité d’esprit idéale pour se mettre à la prière ; et si c’était la prière elle-même, même pauvre et peu satisfaisante, qui pouvait nous aider à grandir dans notre disponibilité ?

N’oublions pas que l’Ecriture s’éclaire elle-même, qu’un verset pourra prendre tout son sens en relation avec d’autres versets. Il peut donc être utile de prendre l’habitude de noter sur un carnet, dans un cahier, les versets qui auront été votre nourriture du jour. 

Durant le temps quotidien de Lectio Divina, après avoir invoqué l’Esprit Saint et pris le temps de lire posément, calmement, le texte de la Parole de Dieu, on peut alors s’appuyer sur un mot, une phrase, un verset du texte biblique que l’on vient de lire, pour entrer dans la prière silencieuse où nous laissons la Parole de Dieu nous imprégner.